CD review in 'De Standaard'

2018-01-01T19:35:00+01:00

Met al die hippe jonge bands van the new wave of Belgian jazz zou een mens bijna vergeten dat dit land ook uitstekende jazzbands telt die al vele jaren aan de weg timmeren én die op het toppunt van hun kunnen staan. Zoals Octurn, dus. De band van baritonsaxofonist Bo Van der Werf is na vele personeelswissels tot een kleine kern herleid, met Dré Pallemaerts (drums), Jozef Dumoulin (keys) en Fabian Fiorini (piano). Fluitist Magic Malik en Clemens Van der Feen (akoestische bas) zijn te gast. De muziek kenmerkt zich door traag voortschrijdende melodieën en bedachtzaam samenspel, met de electronica van Dumoulin die zo mooi contrasteert met Fiorini’s piano, aangevuld met de zachte klank van Maliks fluit. Vaak is de muziek meditatief en doet ze haast modern-klassiek aan. Af en toe is de band heel fel, zoals in ‘Song 14’, met een ontketende Pallemaerts. Dit is hedendaagse jazz die de luisteraar heerlijk uitdaagt. (pdb)


CD review in 'culturejazz'

2017-12-25T09:51:00+01:00

En avril 2016, nous avions trouvé les aventuriers belges d’Octurn en compagnie des moines tibétains de Gyoto dans l’album « Tantric College » pour une étonnante et fructueuse rencontre. De retour sur leurs terres en comité plus restreint, ils ont poursuivi leurs recherches minutieuses et éclairées sur les articulations entre rythmes, mélodies et harmonies innovantes avec la complicité de Magic Malik, musicien œuvrant dans un même axe exploratoire. Cette musique également très méditative s’inspire librement du « Livre des Transformations », le Yi Jing (ou Yi King) qui est à la source de la pensée chinoise. Voilà donc une démarche qui évite toute raideur formelle car ces musiciens ont acquis en une vingtaine d’années une grande expérience du jeu collectif dans ce cadre. Une discipline et un long apprentissage qui se rapprochent en effet de la pensée chinoise et des cheminements des moines tibétains. Un album très abouti et réussi. ( Thierry Giard in 'culturejazz', pile de disques dec 2017 )


CD review in 'Le Soir'

2017-12-19T10:33:00+01:00

Il s'agit ici de jazz ultracontemporain basé sur des structures musicales dont les musiciens s'emparent et qu'ils triturent à leur manière. C'est comme un tissage sophistiqué où les fils des musiques produites par chacun s'entremêlent, se répondent, se répliquent, jouant la surprise, la rencontre fortuite, la communion. Ne craignez rien: en aucun cas cette musique n'est inaudible, bien au contraire. Pas besoin d'être musicologue et de comprendre le jeu des structures et des modifications des thèmes pour apprécier la liberté de cette musique, ses sonorités, ses atmosphères, sa douceur. Enfoncez-vous dans votre canapé, l'oreille aux aguets, laissez-vous aller, écoutez, goûtez. C'est comme un alcool fort qui se révèle sous des arômes veloutés. Ca fait du bien. ( JCV in 'Le Soir', dec 2017 )